• Historique
  • Nos Services
  • Notre Clinique
  • Notre Équipe
  • Fiches d'informations
  • Nous Joindre
  • Accueil
  • Historique
  • Nos Services
  • Notre Clinique
  • Notre Équipe
  • Fiches d'informations
  • Nous Joindre
  • (450) 474-4161

    Allergie alimentaire

    L’allergie alimentaire peut être causée par une réaction allergique à une ou plusieurs composantes de la nourriture.  Comme exemples d’allergènes, citons les protéines de bœuf ou de poulet, les produits laitiers (lait, fromage, yogourt), les œufs, le poisson, certaines céréales (soja, blé, maïs), les agents conservateurs et les colorants.


    Les symptômes peuvent apparaître à n’importe quel âge et même chez un animal qui reçoit la même diète depuis plusieurs années.  Le plus souvent, l’allergie se traduira par des démangeaisons, des rougeurs cutanées, des otites ou parfois d’autres problèmes de peau ou digestifs.  Il est important de d’abord consulter un vétérinaire si vous observez ces symptômes, afin d’exclure tout autre problème de santé ou infection.


    Il est rare que l’état de l’animal s’améliore simplement en changeant d’une diète commerciale à une autre.  En général, ces diètes contiennent des ingrédients semblables et des agents conservateurs.  Elles sont aussi souvent fabriquées dans les mêmes usines utilisant les mêmes machineries, augmentant ainsi le risque de contamination croisée d’allergènes.


    Diagnostic

    Le diagnostic d’allergie alimentaire est établi grâce à une diète hypoallergène d’éviction.  Lorsqu’une diète hypoallergène est entreprise, il peut s’écouler jusqu’à 10 semaines avant d’observer un arrêt des démangeaisons.  Il est donc important de persister pendant 10 semaines avant d’exclure le diagnostic d’allergie alimentaire.  Toutefois, si les démangeaisons cessent avant la fin des 10 semaines, il sera alors inutile de continuer la diète test durant ces 10 semaines, puisque le diagnostic d’allergie alimentaire aura vraisemblablement été établi.


    Directives à suivre lorsqu’une diète d’éviction est entreprise :

    1. Ne rien donner à part la nourriture hypoallergène choisie.  Éviter : biscuits pour chiens, gâteries, restes de table, os (vrai ou en peau de bœuf), nourriture commerciale, certains médicaments «mâchables» (à saveur de bœuf ou autre).
    2. Éviter l’accès aux rebuts ménagers.  Si nécessaire, promener votre animal en laisse seulement et ne pas le laisser à l’extérieur sans surveillance.
    3. Utiliser, de préférence, de l’eau de source pour l’abreuvement et la cuisson des aliments.
    4. Si vous faites une diète maison et que vous achetez votre viande chez le boucher, lui mentionner qu’il s’agit d’un cas d’allergies alimentaires.  Votre boucher nettoiera alors doublement ses appareils avant de hacher votre viande afin d’éviter les risques de contact avec des résidus d’autres viandes.

      *Faire bouillir ou rôtir la viande sans ajouter de sel, assaisonnements, de beurre ou d’huile.
      *Si la viande est bouillie, utiliser le bouillon pour faire cuire le riz ou les pommes de terre.
      *Utiliser du riz brun ou blanc (ne pas utiliser de riz instantané). 
      *Assurez-vous que le riz est bien cuit (sinon, il peut provoquer de la diarrhée).

    5. S’il y a d’autres animaux à la maison, il peut être nécessaire de changer leur diète également.
    6. Consulter votre vétérinaire à la fin des 10 semaines du régime d’éviction.

    Traitement

    S’il y a résolutions des démangeaisons avec le régime d’éviction, le diagnostic d’allergie alimentaire est fort probable.  Pour le confirmer, il faut retourner à l’ancienne diète : s’il y a réapparition des démangeaisons dans les quelques jours qui suivent (maximum 2 semaines), le diagnostic d’allergie alimentaire sera alors confirmé.  À ce moment, il est suggéré de recommencer le régime d’éviction jusqu’à ce que les démangeaisons disparaissent à nouveau puis, selon les recommandations de votre vétérinaire, vous pourrez poursuivre la diète hypoallergène à plus long terme.  


    Plusieurs diètes commerciales efficaces existent.  Ces diètes sont conçues spécialement pour les chiens et chats qui souffrent d’allergie alimentaire.  Elles conviennent à la majorité des cas, mais pas à tous.  Tout en étant complètes et équilibrées, elles contiennent moins d’ingrédients que les nourritures habituelles et la source de protéine est généralement soit moins commune (exemples : canard, venaison, poisson), soit hydrolysée (protéines scindées en plus petites particules, diminuant les risques d’allergie).  Toutefois, on estime que jusqu’à 20% des chiens souffrant d’allergie alimentaire peuvent être allergiques aux agents conservateurs ou autres additifs.  Dans certains cas, il sera alors préférable de faire le régime d’éviction avec la nourriture cuisinée maison, afin d’éviter que le test ne produise des résultats faussement négatifs.


    Si une nourriture commerciale hypoallergène de votre choix convient à votre animal, vous pouvez nourrir votre animal avec cette diète à long terme.  Dans de rares cas, il semble impossible de trouver une nourriture commerciale hypoallergène qui convienne à l’animal.  Il faut alors le nourrir avec un régime d’éviction maison et le supplémenter avec de l’huile végétale, du calcium et des vitamines, selon les recommandations de votre vétérinaire.


    Dans certains cas, il est important, sinon intéressant, de connaître l’ingrédient auquel l’animal est allergique.  Pour ce faire, il faut ajouter à chaque semaine un nouvel ingrédient (bœuf, produits laitiers, œufs, poisson, etc.) au régime d’éviction équilibré, jusqu’à ce que l’on observe la réapparition des symptômes.  Aussitôt que l’ingrédient responsable de l’allergie est découvert, il sera possible de nourrir l’animal avec une diète équilibrée (commerciale si possible) qui lui convient.


    Bref, le monde des allergies alimentaires est complexe, et vaut mieux toujours être guidé par un professionnel de la santé animale, soit votre vétérinaire!  N’hésitez pas à communiquer avec nous pour de plus amples informations.