• Historique
  • Nos Services
  • Notre Clinique
  • Notre Équipe
  • Fiches d'informations
  • Nous Joindre
  • Accueil
  • Historique
  • Nos Services
  • Notre Clinique
  • Notre Équipe
  • Fiches d'informations
  • Nous Joindre
  • (450) 474-4161

    Dentisterie

    La Clinique Vétérinaire de Mascouche offre un service de dentisterie générale bien équipé. Une bouche en santé offrira une meilleure qualité de vie à votre animal. En effet, les bactéries apportées par le tartre peuvent mener à des problèmes de mauvaise haleine, d’abcès, de gingivites, de chute des dents ou d’infections internes plus sérieuses, notamment au niveau du cœur, des reins ou du foie. Une bonne prévention est donc primordiale.

    Un détartrage est une chirurgie en soi qui nécessite une anesthésie générale et qui n’est jamais exactement semblable d’un animal à l’autre. Voici en résumé les étapes auxquelles vous pouvez vous attendre lorsque votre animal a besoin de “juste un simple détartrage”.

    1. Examen de santé

    L’examen de santé est nécessaire pour vérifier l’état général de votre animal, préciser et évaluer le stade de la maladie dentaire, discuter du plan d’action préliminaire avec vous et faire un estimé le plus précis possible selon le stade de la maladie. Certains tests complémentaires (bilan sanguin, analyse urinaire, évaluation cardiaque, etc) pourront aussi être recommandés selon l’âge de votre animal et les problèmes notés lors de l’examen. Dans la majorité des cas, des antibiotiques seront prescrits pour débuter quelques jours avant le détartrage.

    2. Hospitalisation de courte durée

    Selon les recommandations, il est possible qu’un prélèvement sanguin et des analyses soient faites le matin de son arrivée. Si des anomalies significatives sont notées, vous en serez avisés avant le détartrage et un nouveau plan de traitement et/ou des tests complémentaires pourraient vous être proposés.

    La pose d’un cathéter intraveineux peut aussi être faite pour l’injection de certains calmants, pour avoir une veine ouverte lors de complications anesthésiques potentielles, pour aider à réhydrater un animal souffrant ou encore aider à maintenir une pression adéquate, surtout lorsque le vétérinaire prévoit que l’anesthésie sera de plus longue durée.

    La pose d’un cathéter intraveineux peut aussi être faite pour l’injection de certains calmants, pour avoir une veine ouverte lors de complications anesthésiques potentielles, pour aider à réhydrater un animal souffrant ou encore aider à maintenir une pression adéquate, surtout lorsque le vétérinaire prévoit que l’anesthésie sera de plus longue durée.

    L’anesthésie générale est essentielle pour permettre de faire toutes les étapes d’un bon détartrage. Le vétérinaire détermine tout d’abord le protocole et les agents anesthésiants qui seront utilisés selon l’animal, son âge et la liste de ses problèmes de santé. Tout d’abord, une prémédication est administrée avant l’anesthésie pour calmer votre animal, diminuer son stress et potentialiser l’anesthésie générale (c’est à dire augmenter les effets de l’anesthésie générale en l’associant avec d’autres médicaments). Après un temps d’attente de 15-20 minutes, votre animal est endormi avec d’autres agents anesthésiants (induction), intubé et les appareils pour le suivi des signes vitaux sont mis en place. L’anesthésie générale (maintien) à l’aide de gaz anesthésiants est alors débutée et ajustée tout au long du détartrage par le/la technicien(ne) et le vétérinaire.

    Dans la très grande majorité des cas, des radiographies dentaires numériques seront effectuées. Ceci permet d’accumuler des informations sur la partie invisible de la bouche de votre animal comme les racines, l’attache des dents, l’os alvéolaire et le stade de certaines maladies dentaires. Il arrive souvent que les radiographies nous permettent de mettre à jour des pathologies qui étaient jusqu’alors inconnues comme des dents incluses, des abcès donto-alvéolaires en formation, des fractures de racine ou encore des lésions résorptives en dessous de la gencive.

    La prochaine étape est le détartrage supra-gingival, soit celui de la partie visible de la dent qu’on appelle couronne. Ce nettoyage est effectué à l’aide d’un appareil à ultrasons.

    L’examen visuel de la bouche peut alors être terminé par le vétérinaire, une charte est remplie et mise au dossier de votre animal comprenant les informations de chaque dent.

    À la lumière des informations recueillies à l’aide des radiographies dentaires et de l’examen de chaque dent, le plan de traitement est alors précisé et le propriétaire est appelé si ce plan dévie trop de ce qui avait été estimé au départ.

    Le vétérinaire peut alors procéder à des extractions simples, des extractions chirurgicales plus complexes ou conseiller d’autres chirurgies dentaires pour tenter de préserver certaines dents.

    L’anesthésie générale permet aussi d’effectuer un détartrage sous-gingival (curetage), c’est à dire de nettoyer la partie de la dent se trouvant sous le niveau de la gencive. Cette partie du détartrage est considérée par plusieurs comme étant la partie la plus importante puisque le mélange de bactéries présent sous la gencive est en grande partie responsable de l’avancement de la maladie parodontale.

    Lorsque toutes les dents sont bien propres, la surface de chaque dent est alors polie pour y faire disparaître les petites marques laissées par le détartrage. Le polissage est une étape essentielle qui ne peut se faire que sous anesthésie générale.

    Si les procédures chirurgicales sont source de douleur, un antidouleur sera injecté à votre compagnon avant qu’il se réveille. Une injection antibiotique sera aussi faite s’il y a infection.

    L’anesthésie générale peut alors être arrêtée et le réveil de votre animal est fait sous l’étroite surveillance du/de la technicien(ne) et du vétérinaire. Le tube qui avait été inséré dans ses voies respiratoires sera retiré seulement lorsque votre animal retrouvera son réflexe d’avaler.

    Le vétérinaire écrira le plan de traitements et vous appellera pour en discuter avec vous et prévoir son congé en fin d’après-midi ou en soirée.

    3. Retour à la maison

    Le/la technicien(ne) vous rencontrera à la sortie et vous remettra une copie du plan de traitements. Elle vous expliquera aussi les détails relatifs aux médicaments à donner à la maison si nécessaire, les recommandations alimentaires et les détails pour planifier un suivi s’il y a lieu.

    La plupart de nos compagnons auront à subir au moins un détartrage dans leur vie. Une infection de la bouche doit autant être prise au sérieux que n’importe quelle infection puisqu’elle mine littéralement la santé et occasionne des douleurs souvent inaperçues. Comme dans beaucoup d’autres situations, traiter la maladie buccale dès les premiers stades permet de diminuer la douleur et le “travail” qui sera nécessaire pour maintenir une santé buccodentaire. Dans les cas de maladie avancée, il sera malheureusement impossible de “sauver” toutes les dents par contre, un animal est bien mieux sans douleur, avec une gencive et une mâchoire en santé qu’avec des dents “pourries” dans la bouche.

    PDF santé dentaire (3.2mo)Pour plus d'informations sur la santé dentaire, consultez ce document.